Le petit monde d'Alice

lundi 18 mars 2019

Publié par Alice - 2 commentaires

Ses yeux ont rencontré les miens alors qu’elle marchait le long du couloir en regardant avec appréhension les différentes cages. J’ai ressenti immédiatement son manque et j’ai su que je devais l’aider.
J’ai remué ma queue, pas d’une manière trop exubérante pour ne pas l’effrayer. Quand elle s’est arrêtée devant mon enclos, j’ai masqué à sa vue le petit accident que j’avais eu au fond de ma cage. Je ne voulais par qu’elle sache que je n‘étais pas sorti aujourd’hui ; parfois, les employés du refuge sont tellement débordés et je ne voulais pas qu’elle pense du mal d’eux.
Elle a lu ma fiche d’identité et j’espérais qu’elle ne serait pas trop triste à cause de mon histoire. Je n’ai que le futur à envisager et je veux être utile dans la vie de quelqu’un.
Elle s’est mise à genoux et a fait des petits bruits de bisous vers moi. J’ai frotté mon épaule et le côté de ma tête vers les barreaux afin de la consoler. Ses doigts m’ont doucement caressé le cou. Elle semblait désespérément rechercher une compagnie. Une larme a coulé de sa joue et j’ai levé ma patte pour lui assurer que tout irait bien.
Très vite, la porte de ma cage s’est ouverte et son sourire était si radieux que j’ai sauté dans ses bras sans attendre.
Je lui ai promis de prendre soin d’elle.
Je lui ai promis d’être toujours à ses côtés.
Je lui ai promis de faire tout ce que je pourrais afin de voir ce sourire rayonnant et ces yeux pétillants sur son visage.
J’ai eu tellement de chance qu’elle traverse mon couloir, il y en a tellement dehors qui ne sont jamais venus dans ces couloirs. Tellement à sauver encore. Au moins j’en aurai sauvé une.
J’ai secouru un être humain aujourd’hui.
(Janine Allen)



2 commentaires :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche :

Inscrivez-vous à la newsletter :

Fourni par Blogger.