Le petit monde d'Alice

mardi 1 mai 2018

Publié par Alice - 0 commentaire



De quoi avez-vous envie ? Quelles sont vos forces et vos faiblesses ? Pour ne pas passer à côté de l’essentiel et identifier vos vrais besoins, voici un exercice de développement personnel qui, l’air de rien, peut vous apporter beaucoup.

« Voir une aurore boréale, dormir sur une plage à la belle étoile, s’engager dans une association humanitaire, prendre une année sabbatique… » Lister tout ce que l’on aimerait faire avant de mourir est un grand classique du développement personnel. Outre- Atlantique, on appelle cela "faire sa bucket list" (en référence à l’expression kick the bucket, « donner un coup de pied dans le seau » sur lequel était juché un homme qu’on allait pendre). Le concept est aussi connu sous le label life list ou « liste de vie ». Établir sa « liste de vie » permet de donner un coup de fouet à son désir lorsque la vie semble terne ou décevante, ou de réveiller son énergie pour mettre en place des objectifs. Elle propose un retour sur soi ludique, une introspection dynamique, qui invite à faire le point sur ses besoins et à poser la première pierre pour leur réalisation.
Dans "La Voie de l’intention", Cécile Kapfer, psychologue clinicienne et psychothérapeute qui a mis au point ce qu’elle appelle « la thérapie par l’intention », prend comme point de départ l’interrogation suivante : où en suis-je dans ma vie ? Le but est d’engager un dialogue avec soi-même : quels sont mes besoins, mes envies, les freins qui me retiennent, les bénéfices qui me motivent… « Avec l’intention, nous nous acheminons sur une voie de réalisation intérieure, une voie d’authenticité et de développement de notre individualité », explique-t-elle.

Réfléchir aujourd’hui pour ne rien regretter demain
Une conception proche de celle de Carol Adrienne, thérapeute et coach américaine, auteure de "Votre mission de vie", qui met l’accent sur la nécessité d’identifier ses points de force et de faiblesse, ses besoins et ses désirs profonds, pour mener une vie qui a du sens et qui procure du plaisir. Une infirmière australienne, Bronnie Ware, a recueilli pendant plusieurs années les réflexions et regrets de ses patients The Top Five Regrets of the Dying, ou « les cinq plus grands regrets des mourants ». Ce sont : « J’aurais aimé avoir le courage de vivre comme je voulais et pas de vivre la vie que l’on attendait de moi », « Je regrette d’avoir travaillé si dur », « J’aurais voulu avoir le courage d’exprimer mes sentiments », « Je regrette de n’être pas resté en contact avec mes amis », « J’aurais aimé m’autoriser à être plus heureux. » Les bénéfices de la liste de vie que nous proposons ci-dessous [et que vous pouvez imprimer] sont au nombre de trois : se responsabiliser (comment obtenir ce dont j’ai besoin), passer à l’action à petits pas, et faire la différence entre le fantasme du grand changement et les changements accessibles qui peuvent améliorer notre vie de manière conséquente. 
Cet exercice ne vous demande qu’un crayon, un peu de temps et de concentration.

0 commentaire

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche :

Inscrivez-vous à la newsletter :

Fourni par Blogger.