Le petit monde d'Alice

jeudi 26 avril 2018

Publié par Alice - 0 commentaire


La nuit tombait avec ses ombres et tout redevint silencieux. Le jeune prince Nadir descendit au jardin pour trouver un peu de fraîcheur après la chaude journée et il marcha lentement jusqu’à une grande rotonde où fleurissaient des magnolias. Dès qu’il sentit leur parfum qu’il aimait, il se laissa tomber sur le gazon. Nadir était triste, très triste et ne savait pourquoi. Tout l’ennuyait, rien ne lui faisait plaisir et ses parents se désolaient de ne pouvoir donner un peu de joie à leur fils bien-aimé.
Etendu sur l’herbe fraîche, abîmé dans sa mélancolie, il ferma les paupières et, à demi conscient, il lui sembla qu’il n’était pas seul et qu’un petit animal volait près de lui, le regardant avec malice en agitant ses ailes de papillon. 


Il se redressa, se frotta les yeux et vit alors de tout près une ravissante petite créature nocturne tournant au-dessus de sa tête et lui parlant :
« Prince Nadir, veux-tu trouver la gaîté qui convient à ton âge ?
-       Oh oui ! s’entendit répondre Nadir.
-       Alors mon cher enfant, il faut que tu saches qu’on n’a rien sans risques. Je peux t’offrir un moyen de trouver le bonheur mais, en échange, il faut que tu me promettes de ne l’utiliser qu’à bon escient et surtout, le moment venu, de ne plus t’en servir.
-       Et comment saurai-je que le moment est arrivé ?
-       A toi de le deviner, petit prince ! »
Et aussitôt le charmant animal disparut dans l’ombre des arbres.
Nadir se secoua. Ce n’est qu’un rêve, pensa-t-il et, découragé, il s’en retourna chez lui. Mais, la nuit suivante, le cœur gonflé d’espoir, il retourna dans le jardin jusqu’à la rotonde de magnolias. Comme la veille, il s’étendit sur l’herbe et attendit. Pas longtemps : la maline petite bête sortir de l’ombre toute frétillante. Elle ressemblait à une luciole et Nadir ne douta plus de son existence quand elle parla de nouveau.
« Nadir, lui dit-elle, as-tu réfléchi à ce que je t’ai dit hier ? »
Bien sûr qu’il avait réfléchi, il était prêt à tout accepter ! Alors l’animal s’approcha du prince et mit dans sa ceinture d’or un sachet minuscule :
« Dans ce sachet se trouve la poudre magique. Si tu en mets quelques grains sur ta langue en disant « Mutabor », tu pourras devenir ce que tu voudras, obtenir ce que tu désireras, pénétrer les mystères et trouver le bonheur. »
Puis il disparut. Nadir, le cœur battant, n’osait plus bouger. Enfin il prit le sachet et l’ouvrit : une poudre dorée très fine apparut. Nadir se demandait s’il ne rêvait pas encore mais, doué d’un naturel curieux, il ne put résister plus longtemps au désir de l’essayer. Il en mit une pincée sur sa langue… Que cette poudre était douce ! Que pouvait-elle contenir ?



 La suite une autre fois... peut-être...

0 commentaire

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche :

Inscrivez-vous à la newsletter :

Fourni par Blogger.