Le petit monde d'Alice

dimanche 21 mai 2017

Publié par Alice - 2 commentaires


Plus je vieillis, plus j'aime les samedis matin. Peut-être que c'est parce que c'est la douce tranquillité qui vient avec celui qui se lève le premier.
Ou peut-être que c'est la joie sans bornes de ne pas devoir aller travailler. De toute façon, les premières heures d'un samedi matin sont des plus agréables.
Il y a quelques semaines, je me dirigeais vers le garage avec une tasse de café dans une main et le journal du matin dans l'autre. La journée commençait comme un samedi matin typique, mais j'allais recevoir une de ces leçons que la vie semble nous donner de temps en temps.
Laissez-moi vous raconter le sujet de cette leçon :
J'écoutais la radio distraitement et j'ai entendu un vieil homme qui parlait d'une voix des plus agréables ... Vous connaissez le genre . Il avait une de ces voix comme
en possèdent les annonceurs à la radio ou à la télévision. Il parlait de billes ... de milliers de billes à son interlocuteur. J'étais intrigué et je me suis arrêté pour écouter
l'homme qui disait :
« - Eh bien, Tom, il semble que tu sois bien occupé avec ton emploi. Je suis sûr que tes employeurs te paient bien, mais c'est difficile de croire que tu dois travailler soixante, soixante-dix heures par semaine pour joindre les deux bouts. C'est dommage que tu aies n’as pu assister au récital de danse de ta fille …
Laisse-moi te dire comment une chose m'a aidé à garder mes priorités et comment je suis parvenu à développer une théorie que j'appelle " milliers de billes ".
Un jour que je réfléchissais sur tout et rien, j'ai fait un petit calcul. La plupart des gens vivent pendant environ 75 ans. Je sais, il y en a qui vivent plus longtemps, beaucoup plus même, et d'autres moins ... mais, en moyenne, disons 75 ans. Maintenant, si je multiplie 75 fois 52 (semaines), j'obtiens 3900. C'est le nombre de samedis qu'une personne a dans sa vie. Suis-moi bien, Tom, parce que j'arrive à la partie importante de ma théorie. C'est à l'âge de 55 ans que j'ai fait ce petit calcul. À ce moment-là, j'avais déjà vécu plus de 2800 samedis. Alors, par simple soustraction, cela voulait dire qu'il me restait encore quelques 1000 samedis à vivre si je vivais jusqu'à 75 ans. Alors, je suis allé dans les magasins de jouets et j'ai acheté toutes les billes que j'ai pu acheter. J'ai dû aller dans 3 magasins pour y parvenir ! Revenu chez-moi, je les ai placées dans un grand contenant en plastique transparent que j'ai placé ici, dans le garage, près de mes outils de bricolage. Et chaque samedi, depuis, j'ai sorti une bille du contenant et je l'ai jetée. J'ai découvert qu'en voyant le nombre de billes diminuer, j'ai porté plus d'attention aux choses importantes de la vie. Il n'y a rien comme de voir votre temps sur cette terre filer pour vous rendre conscient des priorités dans la vie.
Maintenant, laisse-moi te dire une dernière chose avant de conclure avec toi et d'aller déjeuner au restaurant avec ma tendre épouse … ce matin, j'ai pris la dernière bille dans mon contenant. Je me suis dit que si je me rends jusqu'à samedi prochain, c'est que j'ai obtenu un peu de temps supplémentaire. Et s'il y a une chose que l'on peut tous utiliser, c'est bien d'un peu plus de temps.
C'était agréable de te rencontrer, Tom. J'espère que tu vas passer plus de temps avec les gens que tu aimes, avec ta famille et établir tes priorités dans la vie avant qu'il ne te reste plus de billes, toi aussi ... »
Ainsi se termina l'explication de la théorie des "milliers de billes" telle que racontée par l'homme de 75 ans. J'ai éteint la radio et je suis demeuré pensif pendant quelques minutes. J'avais projeté de travailler dans mon atelier ce samedi-là, mais je suis plutôt allé réveiller ma femme en l'embrassant tendrement et lui dit :
« - Viens chérie, allons déjeuner au restaurant avec les enfants.
- Que se passe-t-il ? demanda-t-elle en souriant ...
- Oh, rien de spécial, ça fait longtemps qu'on n’a pas passé un samedi ensemble avec les enfants ... Et je voudrais aussi qu'on s’arrête dans un magasin de jouets, il faut que j'achète des billes ... »

2 commentaires :

  1. .................'''
    ...............(0 0)
    ----oOO----(_)----------
    |.................Alice.........|
    |.........Le bonheur !.......|
    I.......My dream ;-).♥......|
    -----------------oOO----
    ..........|__|__|
    ............|| ||
    ........ooO Ooo

    "Vivre, c'est une poussière d'or au bout des doigts, une chanson bleue aux lèvres d'une nourrice, le livre du clavier tempéré de Bach qui s'ouvre à l'envers et toutes les notes qui roulent comme des billes dans la chambre."

    Christian Bobin

    https://www.youtube.com/watch?v=SfVcSVfSzKY


    J♥mes•.¸
    ¸(\ /)*
    *( . .)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha, cette marble machine, je ne l'avais encore jamais vue !!! C'est à la fois fou, inutile et génial ! J'aime ! :-))

      Cette citation de Bobin, je l'aime beaucoup (oui, vivre, c'est tout ça, et bien plus encore !) et je crois l'avoir déjà publiée. Mais je n'ai pas le temps ce soir de vérifier. :-/ (Plus bcp de tps pr le blog, actuellement... je vais peut-être le mettre en pause...)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche :

Inscrivez-vous à la newsletter :

Fourni par Blogger.